Français

Safe Harbor invalidé : une chance pour les datacenters « made in France »

La décision de la Cour de justice européenne mettant fin au Safe Harbor devrait engendrer un mouvement de relocalisation des données en Europe. Nicolas Aubé fondateur de CELESTE et MARILYN, le spécialiste du datacenter vert et de proximité, propose son analyse.

Le Safe Harbor, ou « sphère de sécurité » en français, était un cadre juridique permettant aux entreprises, sous certaines conditions, de transférer les données personnelles d’utilisateurs européens sur le territoire américain. Le 6 octobre dernier, la Cour de justice européenne a estimé que le niveau de protection de ces données était insuffisant et a invalidé le dispositif. Une décision provoquée entre autre par les révélations d’Edward Snowden sur les programmes de surveillance américains.

Les 4 000 entreprises adhérentes du système Safe Harbor se retrouvent donc avec un vide juridique problématique. Bien sûr, d’autres normes de transfert de données peuvent être utilisées, mais cette absence de cadre général, l’incertitude sur les négociations autour d’un Safe Harbor 2, et la menace de procès d’utilisateurs mécontents de la manière dont on utilise leurs données personnelles ne peuvent que peser sur leur activité.

Face à cette situation, l’industrie européenne et singulièrement française a une carte à jouer. En effet, pour éviter tout risque, les grands hébergeurs internationaux vont désormais privilégier les datacenters du vieux continent. Avec un prix d’électricité peu élevé par rapport à la moyenne mondiale, du personnel très qualifié en matière d’ingénierie réseau ou système, des équipementiers reconnus, sans oublier un climat tempéré propice aux installations informatiques, la France rassemble de nombreux critères favorables. Forte de ce constat,MARILYN vient d’ailleurs de lancer une grande campagne publicitaire à destination des entreprises américaines concernées.

De plus, les entreprises européennes devraient prêter une attention toute nouvelle à la localisation de leurs données et veiller à ce que celles-ci soient hébergées à l’intérieur de leurs frontières. Le StarDC de MARILYN, ce mini-datacenter écologique haute densité qui permet aux entreprises et aux collectivités d’avoir leur propre système de stockage de données, répond parfaitement à cette nouvelle tendance du marché. Le mouvement de relocalisation des données est en marche : c’est le moment pour l’industrie du datacenter française de montrer ses atouts.

Nicolas Aubé, président fondateur de MARILYN

Merci

Merci pour votre demande, nous vous contacterons bientôt.

L’équipe Marilyn.

En savoir plus sur Marilyn

Datacenter vertical avec free-cooling Marilyn

Datacenter vertical avec free-cooling Marilyn

Siège social Celeste & Marilyn

Datacenter tout-en-un avec free-cooling StarDC

Datacenter tout-en-un avec free-cooling StarDC

Le gourvernement français visite le datacenter Marilyn

Le vendredi 15 octobre 2015, 2 ministres ont visité le siège social de Marilyn :

Michel Sapin, finance Minister des Finances et des Comptes publics.

Myriam El Khomri, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social.

Nicolas Aubé, Président de Marilyn, et Frédérique Dofing, Directrice Générale, ont fait visité les datacenters Marilyn et StarDC. Les ministres étaient heureux de voir autant d’innovation et les 75 emplois que le Groupe a récemment créé.

Selon la devise de Mme El Khomri « L’emploi est l’affaire de tous ».

Nicolas Aubé showing Datacenter Marilyn to French ministers Michel Sapin and Myriam El Khomri

Nicolas Aubé présente le Datacenter Marilyn aux ministres francais Michel Sapin and Myriam El Khomri

Michel Sapin and Myriam El Khomri visiting StarDC

Michel Sapin et Myriam El Khomri atttentifs à la présentation du StarDC

Myriam El Khomri at Marilyn headquarters

Myriam El Khomri au siége social de Marilyn

Non Stop Systems a choisi le datacenter StarDC pour l’hébergement de sa plateforme CloudStar

nss

 

La SSII Non Stop Systems est spécialisée dans le Cloud et les systèmes à haute disponibilité.

Dans le cadre du projet nu@ge, elle a développé une plateforme d’hébergement de IaaS, c’est à dire qu’elle fournit à ses clients leur propre infrastructure de cloud computing.

La première plateforme a été mise en service en juin 2014. Elle est opérationnelle depuis sans interruption. Non Stop Systems a choisi le datacenter StarDC de Celeste pour héberger CloudStar.

 

Marc TRIBOULET, président de Non Stop Systems, a indiqué « Nous avions besoin d’une capacité de 20 kVA pour notre solution hyper convergée avec un accès sans limite à notre plateforme. Par ailleurs, nous souhaitions pouvoir superviser H24 les conditions opérationnelles et contrôler physiquement les accès à nos installations. Lors de nos tests, nous avons interconnecté la supervision du StarDC avec nos propres systèmes de contrôle. CloudStar et le StarDC forment une solution d’hébergement de cloud de très haute qualité. Nous emmenons régulièrement des clients visiter notre plateforme dans le StarDC. Le niveau de finition et la qualité de service les impressionnent et nous permettent de valoriser notre solution. »

 

Non Stop Systems commercialise sa plateforme CloudStar avec le StarDC auprès de ses clients entreprises et collectivités. Marc Triboulet ajoute « l’avenir du Cloud, est aussi dans une architecture répartie. Je suis convaincu qu’une grande partie des infrastructures du Cloud de demain seront distribuées dans de nombreux centres comme le StarDC, partout dans le monde. »

 

Le StarDC est un datacenter complet, clé-en-main, opérationnel en seulement 5 jours. Sa capacité est de 4 baies, soit 168 serveurs, avec une puissance disponible de 20 kVA.

De conception Tier 3, tous les éléments critiques sont redondants (énergie et refroidissement). Le StarDC utilise le principe du free cooling et optimise la circulation des flux d’air par le cloisonnement de l’allée froide et chaude, ce qui permet de se passer des classiques circuits d’eau glacée et de réduire sensiblement le coût d’exploitation. Le StarDC est aussi équipé de système anti-incendie, de contrôle d’accès, de caméras de vidéo-surveillance et de baies fibre optique. Ecologique et économe, son PUE est de 1.25.